Comme vous l’avez compris, si je me sens tout à fait légitime pour vous encourager à ne rien lâcher, je suis néanmoins parfaitement incompétente pour vous donner des conseils pour surfer… Mais j’ai ma botte secrète : Lydie Soulé Toche !

Lydie est championne et vice championne de surf master, infirmière et aussi prof de surf. Ce qui la rend, elle, parfaitement légitime pour répondre à toutes mes questions !
Et comme Lydie est plutôt du genre généreuse de son temps / sympathique / qui n’a pas pas la grosse tête (bref, tout comme on aime), j’en ai profité pour lui demander, entre autres, comment elle s’y prenait avec les débutants.

Hello Lydie, peux-tu te présenter ? 

Je suis Lydie Soulé Toche, 38 ans, mariée et maman d’un petit garçon de 9 ans. Profession infirmière, passionnée +++ de glisse : surf,  longboard et SUP (Stand Up Paddle).
Côté palmarès, je suis de nombreuses fois championne PACA en surf longboard et SUP surf, championne et vice championne de France de surf master ( +de 36 ans) et vice championne de France SUP surf.

Penses-tu qu’il faut être forcément jeune et sportive pour se mettre au surf ?

Jeune pas forcément.  J’aimerais être sur une planche jusqu’à 80 ans 🙂

Pour le coté sportif, c’est toujours mieux. Mais, je dirais surtout qu’il faut être dynamique et motivé(e). Au plus on pratique, au plus on progresse et au plus on se fait plaisir.
Même en plein hiver, il faut trouver la motivation de se mettre à l’eau, même si c’est pour 30 minutes. Ça te videra la tête et tu absorberas un capital glisse.

Quels conseils donnerais-tu pour bien choisir son école de surf ?

En Méditerranée, les écoles de surf se développent de plus en plus. Quand j’ai commencé on avait pas de club ni d’école ici, on apprenait en regardant les copains. On peut bien sûr tenter d’apprendre seul mais faire un stage ou prendre des cours, c’est beaucoup de temps gagné à ne pas galérer.

Et puis, lors d’un un stage, en plus des cours, on fait des rencontres avec d’autres surfeurs, on partage ses expériences, c’est très enrichissant. J’ajouterais que le fait de surfer tous les jours pendant une semaine permet de répéter le geste. Le surf, c’est beaucoup d’automatismes. Les acquérir permet de dépasser le stade du “comment je me place sur ma planche” ou encore “mes mains sont-elles au bon endroit pour mon take-off”.

En Méditerranée ou ailleurs (il existe plein de destinations sympas), je conseille toujours de choisir une école où les moniteurs sont diplômés. Cela garantit un bon niveau de qualité mais aussi de sécurité.

Comment se passe un premier cours de surf avec toi ? Comment tu t’y prends pour donner confiance à un(e) adulte débutant(e) ?

L’approche avec l’élément “eau” est très important , je me donne comme priorité de ne pas brusquer et de voir des sourires sur les visages.
Je fais toujours un point sécurité puis on rentre dans l’eau sans board pour sauter dans les vagues en restant avec de l’eau à la taille. Je fais faire le dauphin, glisser sur la vague en bodysurf. C’est un temps important pour se rassurer, expérimenter la sensation de glisse et prendre conscience de l’environnement. Puis, seulement, commence le cours avec les différentes étapes du redressement.
En fait, il faut venir essayer, c’est bien plus plus simple à expliquer en vrai !

Quel niveau faut-il avoir pour aller à l’eau tout seul ?

Il n’y a pas de niveau pour aller a l’eau , il y a des niveaux pour accéder à certains spots. Si je suis débutant, je ne vais pas surfer Teahupoo !!!
La base, c’est d’aller le plus souvent possible à l’eau, en hiver comme en été, quand il fait beau et aussi quand il fait moche. Vent, pluie… pas d’excuse ! Non, je rigole, il faut que ça reste un plaisir.

Ce que le surf partage avec d’autres sports, c’est le dépassement de soi. Mais chacun son niveau et chacun ses limites. On est seul face à l’élément et c’est çà qui est fort.

debuter en surf

 

Le surf est un sport assez difficile, j’en fais l’expérience depuis des années, quels conseils tu donnerais pour ne pas se désespérer ?

Ah, oui ! C’est un sport très frustrant.  Si ça peut te rassurer, ça fait plus de 15 ans que je surfe et j’ai toujours des phases de progression et de stagnation.
Mon conseil : Ne lâchez rien !

Tu peux me parler un peu de la méthode ONOA que tu développes ?

La méthode ONOA Beach board and fitness est basée sur la découverte de la glisse couplée à des techniques de renforcement musculaire. C’est parfait pour les débutants.

En pratiquant ONOA, on développe l’endurance musculaire et cardio-respiratoire, la souplesse, l’agilité et l’équilibre. L’avantage de la méthode, c’est :

  • qu’elle travaille avec le poids du corps ce qui limite les risques de blessures ;
  • que le renforcement musculaire se fait sous forme de cross-training, c’est-à-dire des enchaînements d’exercices qui vont solliciter l’ensemble des groupes musculaires du corps ;
  • que l’on alterne des phases d’efforts et de récupération minutées, ce qui permet de travailler sur un temps relativement court ;
  • et que tout ça permet de travailler la tonicité et l’endurance indispensable en surf.

A savoir, aussi, le simple fait de se tenir debout et de pagayer sur une planche de SUP ou d’être allongé en ramant met à profit les muscles stabilisateurs et la ceinture abdominale.

Chacun à son rythme, tu fais le nombre de répétitions que tu arrives à faire en fonction de ton niveau. Il n’y a pas d’exigence de performance, juste le plaisir de faire du sport !

En pleine nature, ton corps se renforce et ton esprit se libère. Et c’est ça le meilleur !

Vas-tu de nouveau organiser un “Surf Lady Day” cette année ? Y aura-t-il des sessions découvertes ? 

Avec le Lecques énergie club (le club de surf de St Cyr – Les Lecques), nous avons déjà organisé un Surf Lady Day pour la journée de la femme le 8 mars dernier, et je propose de remettre ça fin septembre début octobre 2017.
Le but de cette journée, c’est que les “ladys” se rencontrent, échangent et partagent un bon moment, peu importe leur niveau.
Je suis encore en train de réfléchir au projet pour faire un truc sympa. Dès qu’une date est fixée, je te tiens au courant bien-sûr 😉

Merci Lydie !!

Vous êtes entre Marseille et Toulon cet été (ou même cet hiver) ? Vous avez envie de tester la méthode ONOA avec Lydie ou de prendre un cours de surf au  Lecques énergie club,  voici  toutes les infos pratiques :

LEC SURF CLUB
Infos : 06 64 61 58 57
lecsurfclub@gmail.com
www.lecsurfclub.com

Des questions ? Un témoignage ? Partageons nos expériences ! Et c’est dans les commentaires, dessous, que ça se passe 😉

 

Pin It on Pinterest

Share This

Partager ?

C'est par ici !